Sélectionner une page

Garantir la liberté et l’équité d’expression.

Une institution ne peut être démocratique si sa population est sous l’influence de médias partiaux, et dévoyés à des intérêts privés. Jean-Jacques Rousseau le disait : « jamais on ne corrompt le peuple, mais souvent on le trompe, et c’est alors seulement qu’il paraît vouloir ce qui est mal. »
Le pouvoir médiatique doit faire l’objet de régulations publiques afin d’assurer la diversité et l’équité d’expression. Ces instances de contrôle doivent être indépendantes de l’exécutif. Elles doivent aussi s’exercer à chaque niveau institutionnel.

Déconcentrer les médias.

L’activité médiatique est indispensable pour l’activité citoyenne et la participation. Nous sommes convaincus qu’avec le fédéralisme, un grand mouvement de régionalisation de la presse (rappelons que chaque région se gérera elle-même…) se fera. Il faudra encourager ces mouvements et veiller à ce qu’il se fasse conjointement avec des mesures qui permettront de rendre la presse indépendante. Les contributions financières publiques aux médias doivent être rééquilibrées en faveur des régions, mais aussi de l’Europe, qui souffre d’un manque de transparence et de suivi.

Régionaliser l’information.

Chaque territoire pourra enfin penser par lui-même et s’émanciper, tout en construisant en même temps une éthique de solidarité commune au niveau européen. Chaque culture, chaque langue est une richesse. Il est temps de reconnaître tout le mal fait par les politiques jacobines d’assimilationnismes et de développer des modèles d’information pérennisant la diversité des cultures et des langues régionales.
En ouvrant le débat sur le fonctionnement et l’indépendance du « 4e pouvoir », son financement, son organisation, etc., nous permettrons aux citoyens de saisir l’importance de l’information et de se protéger pour accéder à une information honnête et diversifiée.

Que puis-je faire pour changer les choses ?

Que faire pour changer le monde ?Nous nous demandons toujours : « Que faire ? Comment, moi, simple citoyen, je pourrais changer la donne ? »

 

La réponse est simple : « #onreprendlamain ! »

Cette initiative vise à rassembler des citoyens prêts à s’engager, qui comme candidat, qui comme militant ou avec la seule promesse morale de voter pour les candidats qui porteront cette initiative à chacune des prochaines élections.

 

Comment ? Vous avez le choix :

  1. En vous engageant dans nos équipes comme candidat, militant ou responsable d'un secteur.
  2. En vous engageant à voter pour les candidats que nous aurons validés à chaque élection.
  3. En restant simplement informé, en s'inscrivant à la lettre d'information ci-dessous.
  4. Très important et très simple à faire : partager ces pages dans les réseaux sociaux, par mail, messageries, parlez du projet "on reprend la main" autour de vous. L'information ne vit que si elle circule !

Que décidez-vous de faire ?

Pour devenir candidat et être élu

Pour changer le système, il nous faut prendre les deux tiers de l'Assemblée nationale.

Pour militer ou participer à une Constituante et soutenir nos candidats

Sans militants on ne peut pas avoir d'élus… Et sans élus, on ne changera rien

Mais surtout, pour voter pour nos candidats !

Ce sont les bulletins de vote qui permettent à nos candidats d'être élus.

Share This