Et si on changeait de moteur ?

28 novembre 2018

Auteur : Jean-François Mattler

Citoyen franco-suisse vivant en France et gérant sa petite entreprise en Suisse, je mesure chaque jour qui passe la différence entre un pays qui se dit démocratique et un autre qui l'est… Autour de moi, tout le monde rêve de la démocratie directe, peu comprennent qu'elle commence d'abord en chacun de nous… Cliquez pour lire ma bio sur mon blog

On sent que la France traverse une grave crise. Il n’y a que Macron et les ouailles de sa secte La République en Marche qui ne s’en rendent pas compte, ou qui, tout au moins, font semblant de ne pas s’en rendre compte.

Beaucoup pensent qu’il suffirait de changer les élus pour changer la donne et revenir à une vie plus heureuse. Malheureusement, ce ne sont pas tant les hommes qui sont en cause, mais bel et bien le système, le moteur même qui permet à la France d’exister.

Quelle est la finalité de ce moteur ? Tout simplement produire de la richesse. C’est le seul et unique but de la société aujourd’hui. Ceux qui croient encore que le moteur de la société doit tourner pour rendre les citoyens heureux en sont pour leurs frais… Le moteur est là pour rendre les gens riches, le bonheur devant ruisseler de cette richesse…

L’énergie qui alimente le moteur est fournie par les partis politiques et de leurs leaders. C’est une énergie polluante comme toutes les énergies carbonées.

Les écologistes peuvent être assimilés à l’éthanol, les partis plus aux extrêmes au schistes bitumeux issu de la fracturation hydraulique et les autres partis, au pétrole plus ou moins bien distillé.

Pour éviter une trop grande fatigue aux citoyens, le moteur est conçu pour réfléchir à leur place, dans le cadre bien défini des carburants disponibles. Comme il est acquis que les schistes bitumineux sont une catastrophe, on s’en sert comme d’un repoussoir pour que les citoyens choisissent un carburant moins polluant.

Comme le moteur réfléchi à la place des citoyens, rares sont ceux, parmi eux, qui se posent la question de la pertinence du moteur. En effet, il est inutile de discuter du carburant à mettre dans le moteur si c’est la fonction même du moteur qui ne convient pas, ou ne convient plus. On le voit, produire quelques milliardaires et leur abandonner le pouvoir, c’est produire encore plus de pauvreté et de misère.

Il faut donc se poser la question de savoir si, tout en roulant, un moteur à essence peut se transformer en un autre type de moteur, comme un moteur électrique par exemple ? La réponse est clairement non, ça coule sous le sens.

C’est en cela que l’initiative citoyenne #onreprendlamain est innovante. Elle propose juste une seule chose : faire une halte et changer le moteur !

Ça devient même une urgence, parce que l’ancien moteur est sur le point d’exploser et que si cela arrive, les dégâts risquent fort d’être considérables. Tandis que si on arrive à changer le moteur avant l’explosion, on pourrait repartir très vite sur de bonnes bases.

Pour faire une pause, c’est très simple : il faut utiliser les ressources qui permettent de produire le carburant de l’ancien moteur pour créer un garage qui changera le moteur. Comment ?

La raffinerie qui produit le carburant de l’ancien moteur s’appelle « élection ». C’est avec les élections que l’on pourra détourner les ressources qui devenaient avant du carburant carboné qui alimentait l’ancien moteur, en un garage flambant neuf qui concevra le nouveau moteur.

Ce nouveau moteur devra produire du bonheur de citoyens et non plus de l’argent pour quelques-uns. Il ne fonctionnera plus à l’énergie carbonée comme l’ancien moteur, mais à l’énergie citoyenne. Autrement dit, on remplace la démocratie participative par la démocratie directe pour rendre le pouvoir aux citoyens.

L’autre point est plus stratégique et vise à l’économie d’énergie. Plutôt que d’avoir un gros moteur central qui doit continuellement entrainer toute la machine, on va créer des zones alimentées par des moteurs à la taille parfaitement adaptée qui pourra en permanence ajuster sa consommation en temps réel et ainsi éviter les pertes de puissances et d’efficacité. Il faudra donc partager le pouvoir, le rendre ascendant et le rapprocher des citoyens. On va donc remplacer le centralisme parisien par le fédéralisme différencié.

C’est tout le but de l’initiative citoyenne #onreprendlamain

Mettre des citoyens au pouvoir pour qu’ils arrêtent le moteur, le changent, et redémarrent avec un nouveau moteur.

Sans doute aimeriez-vous aussi lire…

1 Commentaire

  1. Didier Baron

    Enfin quelque chose qui me convient vraiment. Je suis un vieux militant associatif de Nouvelle-Calédonie (45 ans dans le consumérisme ou j’ai créé UFC que Choisir en 77, dans l’environnement avec Corail Vivant terre des hommes en 200 qui a obtenu le patrimoine mondial pour les récifs coralliens), dans l’éducation en président d’une Fédé de parents d’élèves).
    A la retraite et sans autre ressource ni biens (les assoces ça coûte cher lol) vivant en Thaïlande, je trouve le mouvement des Gilets Jaunes très sympatique et manifestant une vraie volonté populaire (enfin !).
    Je connais bien le milieu politique Français car j’ai eu à férailler avec des gens comme Chirac ou Rocard. J’ai posé une fois ma candidature en indépendant à des élections en 2012 sans pub ni réunion et j’ai fait 4,8 pourcent. Je n’ai pas persisté car aucune équipe ne s’est créée pour faire vivre l’idée.
    Je n’ai pas de Pressbook car je considère que les idées ne nous appartiennent pas.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Que puis-je faire pour changer les choses ?

Que faire pour changer le monde ?Nous nous demandons toujours : « Que faire ? Comment, moi, simple citoyen, je pourrais changer la donne ? »

 

La réponse est simple : « #onreprendlamain ! »

Cette initiative vise à rassembler des citoyens prêts à s’engager, qui comme candidat, qui comme militant ou avec la seule promesse morale de voter pour les candidats qui porteront cette initiative à chacune des prochaines élections.

 

Comment ? Vous avez le choix :

  1. En vous engageant dans nos équipes comme candidat, militant ou responsable d'un secteur.
  2. En vous engageant à voter pour les candidats que nous aurons validés à chaque élection.
  3. En restant simplement informé, en s'inscrivant à la lettre d'information ci-dessous.
  4. Très important et très simple à faire : partager ces pages dans les réseaux sociaux, par mail, messageries, parlez du projet "on reprend la main" autour de vous. L'information ne vit que si elle circule !

Que décidez-vous de faire ?

Devenir candidate ou candidat

Pour devenir candidat et être élu

Pour changer le système, il nous faut prendre les deux tiers de l'Assemblée nationale.

Militer ou participer à une Constituante

Pour militer ou participer à une Constituante

Sans militants on ne peut pas avoir d'élus… Et sans élus, on ne changera rien

S'engager à voter pour nos candidats

Mais surtout, pour voter pour nos candidats !

Ce sont les bulletins de vote qui permettent à nos candidats d'être élus.

Share This